Keeping The Bar High

Tags

, , , , , , ,

keeping-bar-high

Do we keep the bar high in education? Do we continuously look for ways to raise the bar? It is not enough to have high expectations for students alone. We have to dig deeper than that. We need to question and reflect much further than that. Our intention to provide quality education is good, even noble, and it is rare for me to meet a pedagogue that doesn’t really care about keeping the bar high.

I often have the privilege of working with schools in which students and staff demonstrate innovation, inspiration, collaboration and, in particular, a transformation of teaching practices and of the learning experience.

In these schools, it is clear that expectations are high, but not just for students. The bar is high for the staff too. Result? For those who decide to take action and surpass themselves, it can lead to transformed pedagogy, and an extraordinary learning experience for students. We see an increase in motivation, the birth of safe learning environments in which students have a voice and learn about things that are important and relevant to them. You know, real life stuff. The teacher is the guide, the students are the explorers. The student who says: “Next year, I want to be in that teacher’s classroom! My friends love it because it’s not traditional. ” Or even “This school is really good. Teachers listen to the students. The students are happy, and the staff is happy! There is no lack of innovation. I want to register THERE! ”

Who would not want to hear this? Who would not want to be THAT teacher, to be a staff member of that school?

Viewed From A Different Angle

I recently read Marc-André Girard’s blog post in which he speaks of “teachers who disturb”. Unfortunately, the phenomenon exists in our schools: one tries to lower the bar of another not to be obligated to raise their own. It’s sad for the teacher, and even more so for the students. I sincerely believe that this kind of attitude is going extinct, thanks to the dedication of our school staff, to collaboration and networking, to an increasingly open-mindedness, and to a professional «self awareness».

Have you ever heard the following statements during conversations in your schools?

  • We score low on provincial assessments, but our students do well in their classes (report card marks are high)!
  • The development of learning skills and work habits should be a priority! Our students are not organized or autonomous. Something has to be done!
  • We have the impression that our Level 3 is more like a Level 2;
  • Students are capable of so much more!

What can we do with our students to change these trends? It is often the first question that comes to mind. It’s natural! We are here to guide the students, to help them succeed, to  help them meet our high expectations, right?

Just a minute.

Let’s put on a different pair of glasses. Let’s go back to the four statements above, but this time, let’s keep this question in mind: “What can we do as school staff to guide students and change these trends together? Answer: raise the bar!

Render Unto Caesar The Things Which Are Caesar’s

how-can-we-expect-our-students-to-learn

The quote in this visual reminds me of the famous expression: “Render unto Caesar the things which are Caesar’s”. Keeping the bar high is a choice that we all have to make, every day. It is our responsibility; not our employer, not our students, not the parents, or our colleagues.

Keeping the bar high requires an investment of time and effort. I think it also requires a plan. Not a long and complicated plan, but a plan with a target to shoot for and actions will get us there within a certain period of time. And once we reach the target, we aim for a new one. It is the professional learning cycle: continuous, evolving, never static. The great thing is that we can personalize it, customize it to meet our individual growth needs. We can learn pretty much anything thanks to the internet. We just need to make learning a priority. Let’s not forget the great words of Albert Einstein: “Once you stop learning, you start dying.”

Passion

It takes passion to keep the bar high. During an Ignite session, Pierre Gagnon said it beautifully: “Because passionate people do not work, they live.” And living without passion, well, is it really living? One thing is for sure, to teach = to live.

Passion is the fuel. This is what makes our actions «human». It is the nervous system of pedagogy. Without passion, how can we be innovative and inspiring? How can we be motivated to want to improve ourselves? Here is a great TED-Ed Talk by Richard St-John entitled The Power Of Passion. It’s seven minutes well invested!

Find your passion, and the rest will fall in place.

Networking

You don’t need to be alone to keep the bar high. In fact, you shouldn’t work at it alone. Now more than ever, people need to take advantage of the power and benefits of networking. There are different ways to network. There’s social media (Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest, LinkedIn, etc.), but we also have access to our colleagues with whom we work. Collaborating, discussing, supporting, and reflecting together are activities that help build our capacity and help develop healthy working relationships. Who knows? You may discover your passion thanks to your professional learning network.

Self-Directed Learning

To keep the bar high, we need to be lifelong learners. We can’t expect our employer to meet all of our professional development needs. In my opinion, this is impossible for a school board. It’s up to us to look for and find what we need in terms of professional learning. Everything is possible and within reach thanks to the internet: we decide the what, the how, and the when. Tailor-made learning that meets our individual needs, and is readily available whenever we are ready to learn. Have you ever visited YouTube to learn how to fix something, run a device, or even read reviews on Trip Advisor to help you choose your next destination? These are great examples of self-directed learning.

Faculties Of Education

For me, keeping the bar high is sort of like a philosophy that must be though through before even setting foot in a classroom. We must require the highest standards of preparation and training for teacher candidates within our faculties of education. The future depends on it.

It is vital to connect with the realities of today’s classrooms, as well as the mindset a teacher must have, and the commitments it takes for professional growth. Teacher preparation must not only be anchored in theories, but also in practice. Is developing a professional learning network a requirement? Do we ask teacher candidates to participate in Twitter chats about education? Do we talk about critical thinking, or growth mindset? The other day while reading through my Twitter feed, I found some posts from students from a faculty of education. They were connecting, learning, and sharing thoughts and ideas with other educators throughout the world. How powerful is that?

Hiring process

When we interview candidates for teaching or administrative positions in our schools, how do they demonstrate that they keep the bar high? The hiring process is an ideal opportunity to ensure that we select the best possible person for our students and our schools. As a parent, a teacher, or a principal, I would expect nothing less.

What kinds of questions do we ask candidates during an interview? Do these questions call upon critical thinking skills? How often do we review, modify, or change the questions? Should they be customized according to the realities and the profile of the school in which the candidate would potentially work? Here are some great questions to ask during a teacher interview:

  • How have you become a better person and how do you keep growing?
  • Why is your work and your presence important?
  • How do you plan to contribute beyond yourself?
  • What are you passionate about?
  • How can you catalyze passion in others?

Here is an article that was published on January 10, 2017 in which the author shares interesting statistics in regards to the hiring process. Well worth the read! I would also like to share this article: The 7 questions every new teacher should be able to answer. The author offers some very interesting questions that could inspire you if you are looking to improve your hiring process (by the way, I really like the idea of presenting a professional digital portfolio in an interview).

How do you keep your bar high? I would love to hear some ideas!

Garder la barre haute

Tags

, , , , , ,

garder-barre-haute

Gardons-nous la barre haute en éducation? Pas juste face à nos attentes envers les élèves. Il faut creuser plus loin que ça. Il faut questionner plus loin que ça. Notre intention d’offrir une éducation de qualité est bonne, même noble, et ce n’est que rarement que je rencontre un pédagogue pour qui «garder la barre élevée», bien, qu’il ou elle s’en fiche.

J’ai souvent le privilège d’être témoin des écoles dans lesquelles les élèves et le personnel font preuve d’innovation, d’inspiration, de collaboration, et en particulier, d’une transformation des pratiques pédagogiques et de l’expérience d’apprentissage. Alors comment en arrivent-ils à cette transformation? Que font-ils pour se motiver?

Dans ces écoles, il est clair que les attentes sont élevées, mais pas seulement envers les élèves. La barre est haute pour le personnel aussi. Résultat? Pour celles et ceux qui décident de passer à l’action et se surpasser, ça peut mener à une pédagogie transformée, à une expérience d’apprentissage extraordinaire pour les élèves. Hausse de motivation pour tous, création d’un environnement d’apprentissage sécuritaire dans lequel les élèves ont une voix et apprennent de vraies choses: le prof est le guide, les élèves sont les explorateurs. L’élève qui dit: «L’année prochaine, je veux être dans SA classe! Mes amis aiment aller dans son cours, car ce n’est pas traditionnel». Ou même «Cette école, elle est vraiment bonne. Les profs sont à l’écoute des élèves. Les élèves sont heureux, et le personnel est heureux! De l’innovation, il n’en manque pas. Je veux m’inscrire !»

Qui ne voudrait pas entendre ceci? Qui ne voudrait pas être le fier titulaire de ce cours, ou membre du personnel de cette école?

Voir d’un différent angle

Le billet de Marc-André Girard parle des «profs qui dérangent». Malheureusement, le phénomène existe dans nos écoles: on tente de rabaisser la barre d’un autre pour ne pas être obligé d’élever la nôtre. C’est triste pour le prof, et encore plus pour les élèves. Je crois sincèrement que cette attitude est en voie d’extinction, et ce, grâce au dévouement de notre personnel scolaire, à la collaboration et le réseautage, à une ouverture d’esprit de plus en plus grande, et à une prise de conscience de son « état des lieux » professionnel.

Avez-vous déjà été témoins (ou auteurs) des énoncés suivants lors de conversations dans vos écoles?

  • Les résultats aux épreuves provinciales sont bas, cependant nos élèves réussissent bien dans leurs cours (notes aux bulletins)!
  • Le développement des habiletés d’apprentissage et les habitudes de travail devraient être un objectif prioritaire! Nos élèves ne sont pas organisés ni autonomes. Il faut faire quelque chose!
  • Nous avons l’impression que notre niveau 3, c’est comme un niveau 2 au ministère;
  • Les élèves sont capables de tellement plus!

Que pouvons-nous faire avec nos élèves pour changer ces tendances? C’est souvent la première question qui nous vient en tête. C’est naturel de penser comme ça! Nous sommes là pour guider les élèves, pour les aider à bien réussir, pour qu’ils aient la barre haute.

Mais une minute.

Permettez-moi de vous proposer de porter une différente paire de lunettes. Reprenons les quatre énoncés ici hauts, mais cette fois en se posant la question suivante: «Que pouvons-nous faire comme personnel scolaire afin de guider les élèves et changer ensemble ces tendances? » Réponse: haussons la barre!

Rendre à César ce qui est à César

comment-pouvons-nous-demander

La question dans ce visuel me fait penser à l’expression renommée: « Rendre à César ce qui est à César ». Garder la barre haute, c’est un choix que nous devons tous faire individuellement. C’est une responsabilité qui nous revient, et non pas à notre employeur, à nos élèves, à nos parents, ni à nos collègues.

Garder la barre haute, ça requiert un investissement de temps et d’effort. Je crois que ça requiert aussi un plan. Non pas un plan qui est long et compliqué, mais un plan ayant une cible à atteindre et des actions pour s’y rendre dans un certain délai de temps. Et une fois que nous atteignons la cible, il y en a une ou deux autres qui se sont ajoutées pour la prochaine étape. C’est le cycle d’apprentissage professionnel : continu, en évolution, et jamais statique. La beauté, c’est que nous pouvons vivre le cycle à notre façon, le personnaliser pour répondre à nos besoins individuels de croissance. Tout est possible grâce à l’internet et au réseautage. Il s’agit d’en faire une priorité. N’oublions pas la citation d’Albert Einstein qui dit: «Once you stop learning, you start dying».

Passion

Garder la barre haute, ça prend de la passion. Comme l’a si bien dit Pierre Gagnon (@P_gagnon) lors de la session Ignite au colloque Clair 2017 «Parce que les passionnés ne travaillent pas, ils vivent». Et vivre sans passion, bien est-ce vraiment vivre? Chose certaine, enseigner = vivre.

La passion, c’est le carburateur. C’est ce qui donne un sens humain à nos actions. C’est le système nerveux de la pédagogie. Sans passion, comment pouvons-nous être innovateurs et inspirants? Comment pouvons-nous être motivés à vouloir nous perfectionner davantage?

Je vous invite à visionner et à partager ce TED-Ed Talk de Richard St-John intitulé The Power Of PassionCe sont sept minutes bien investies!

Trouvez votre passion, et le reste tombera en place.

Réseautage

Garder la barre haute, ça ne se fait pas seul. Je n’ai pas à faire valoir la puissance du réseautage. Comme le dit si bien le dicton anglais: « The proof is in the pudding ».

Il y a différentes façons de se réseauter. Il y a les médias sociaux (Twitter, FaceBook, Instagram, Pinterest, LinkedIn, etc.), mais nous avons aussi accès à nos collègues avec qui nous travaillons. Collaborer, jaser, s’appuyer, et réfléchir ensemble sont des activités qui aident à bâtir notre capacité, et contribuent à développer des relations professionnelles saines. Qui sait? Vous allez peut-être découvrir votre passion à l’aide de votre réseau d’apprentissage professionnel. Avez-vous un compte Twitter? Cherchez-vous à faire grandir votre réseau? Voici une liste d’édutweeteurs, et je vous invite d’ajouter votre nom!

Auto formation

Garder la barre haute, c’est être apprenant à vie. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que notre employeur puisse répondre à tous nos besoins de formation. C’est d’ailleurs impossible à mon avis pour un conseil scolaire. Ça nous revient d’aller chercher ce dont nous avons besoin en matière de formation. Tout est possible et à la portée de nos doigts grâce à internet: c’est nous qui décidons le quoi, le comment, et le quand. De l’apprentissage sur mesure, qui répond à nos besoins individuels, et disponible en tout temps pour que nous puissions apprendre lorsque nous sommes disposés à le faire. Super! Avez-vous déjà consulté YouTube afin d’apprendre comment réparer quelque chose, faire fonctionner un appareil, ou même lire les commentaires sur Trip Advisor afin de vous aider à choisir votre prochaine destination? Voilà des exemples d’auto formation.

Facultés d’éducation

Garder la barre haute, c’est une philosophie en éducation qui doit être réfléchie et développée chez un individu avant même de mettre les pieds dans une salle de classe. Dans les programmes de formation initiale à l’enseignement, nous devons exiger le plus haut des standards en matière de préparation à une carrière en enseignement. Le futur en dépend.

Dans nos actions, nous devons faire les liens avec les réalités du milieu scolaire actuel. Nous devons être intentionnels à ce sujet, car c’est un levier important pour développer cette philosophie: elle ne doit pas être seulement ancrée dans les théories, mais la pratique (réalité) aussi. Est-ce que le développement d’un réseau d’apprentissage professionnel est une exigence? Demandons-nous aux étudiants de participer (ou même créer) à des causeries sur Twitter portant sur des questions et des actualités en éducation? Parlons-nous de pensée critique, ou de mentalité de croissance? Invitons-nous des enseignants et des directions d’école, les gens sur le terrain, à participer à ces discussions avec les étudiants? Je ne prétends aucunement dire ici que les facultés ne font pas ceci actuellement. Mon intention est de tout simplement discuter de quelques éléments qui sont, selon moi, primordiaux à la formation initiale à l’enseignement.

Processus d’embauche

Garder la barre haute, c’est une disposition que doivent démontrer les gens qui postulent pour des postes. Le processus d’embauche devrait être une occasion idéale pour assurer la qualité du personnel enseignant ou du personnel à la direction dans les écoles d’un conseil scolaire.

Lors des entrevues, quels genres de questions posons-nous aux candidates et candidats? Est-ce des questions qui font appel à la pensée critique? À quelle fréquence révisons-nous les questions? Devraient-elles être personnalisées selon les réalités et le profil de l’école dans laquelle la personne choisie va oeuvrer? Voici quelques questions que je trouve très inspirantes:

  • Comment avez-vous cheminé à devenir une meilleure personne et comment voulez-vous continuer à grandir?
  • Pourquoi votre travail et votre présence sont-ils importants?
  • Comment comptez-vous contribuer au-delà de vous-même?
  • Qu’est-ce qui vous passionne?
  • Comment pouvez-vous catalyser la passion chez les autres?

Voici un article publié le 10 janvier 2017 dans lequel l’auteur partage des statistiques intéressantes au niveau du processus d’embauche. J’aimerais aussi partager cet article fort intéressant intitulé The 7 questions every new teacher should be able to answer. L’auteur propose des questions très intéressantes et qui pourraient servir comme inspiration si vous désirez améliorer votre processus d’embauche. En passant, j’aime beaucoup l’idée de présenter un portfolio numérique professionnel lors d’une entrevue.

Et vous, comment gardez-vous votre barre haute?

 

Podcast With EduGladiators

Yesterday I had the great pleasure of being the guest on EduGladiators‘ podcast. It was invigorating to be able to connect, reflect, and share with other educators in the U.S.A! I would like to thank Marlena Gross-Taylor (@mgrosstaylor) for inviting me and moderating a fantastic conversation.

I will also be moderating the EduGladiators (@EduGladiators) Twitter chat on Saturday, March 25th @10:30 am. CST / 11:30 am. EST. We will be discussing collaboration, so make sure and add this event to your calendar!

Being A Jedi -Nurturing A Growth Mindset

Tags

, , ,

yoda-growth-mindset(photo shared on Twitter by @LorindaKline)

Often when we talk about growth mindset, it is alluded to as an essential element to develop in our students. But an article recently published by Will Richardson (@willrich45) brings me to reflect on this point, in particular the following passage:

“Correct me if I’m wrong, but doesn’t like just about every five year old have a “growth mindset?” I mean, depending on parents and other circumstances, I’m sure even kids that age can see themselves as limited. But most of the tail-waggers I’ve seen in kindergarten feel like they can conquer just about anything. They’ve already got a “growth mindset.”

Being a principal at the elementary level (not to mention a father of two children), I have had the pleasure of spending quality time with my students. I quickly realized how, in the unconditional spirit of children, there are no limits.

When thinking of my students, and of my son and daughter, it is true that at a young age they already showed traits of having a growth mindset. So what has become of this beautiful way of seeing the world 4, 5, 6 years later? Do their eyes still sparkle when they discover something new, when they experience an adventure or even a challenge? Are our children merely being programmed, largely through the school system, to the detriment of their growth mindset? I would love to discuss that last question with teachers and principals. If you are reading this blog post and are in education, maybe it will inspire you to do so. What about these thought-provoking questions – Is this the case for our students? What impacts do our daily behaviors have on them? What is being done to develop a culture of learning in which their growth mindset can flourish, to make their eyes sparkle as often as possible?

I find this video representative of being in a state of fixed mindset: two people stranded on an escalator, and for several reasons are unable to cope with their predicament. Note that in this situation there are factors other than rational intelligence that play an influential role: attitude, vision, self-confidence, emotional intelligence. Often, human nature pushes us into a state of fixed mindset.

Nurturing A Growth Mindset … Being A Jedi

I like to make the following analogy:

Nurturing a growth mindset means being a Jedi to our students, colleagues, our school community, and ourselves.

In the well-known Star Wars film series, a Jedi is a being who has an exceptional mastery of himself, is very conscious of his environment, and is able to master the Force. The Jedi are also linked to each other by the same Force. They seek good in others, the positive in all situations. They are lifelong learners. Like them, we need each other for support, to celebrate and to grow. We must see the positive and become lifelong learners.

In the fast pace of our lives, it is important to stop from time to time and reflect. Think of a time when you were in a state of growth mindset.

  • What triggered it?
  • How did you feel?
  • What was the result?

To nurish a growth mindset, one must:

  • Be open and flexible
  • Be able to recognize when to make a change and accept it
  • Recognize our triggers
  • Being able to take action and make a change
  • Be willing and able to do what has not yet been done

Here is a video of a renowned Star Wars scene in which Master Jedi Yoda guides his apprentice Luc Skywalker in adopting a growth mindset. Watch it with your colleagues and students and have a conversation with them.

When we adopt and nuture a growth mindset, we develop a very valuable and useful toolbox. A toolbox in which we find our resilience. And it is with this resilience that we manage to overcome the challenges, to change when we find ourselves in a state of fixed mindset, to get off the escalator.

Être Jedi, avoir une mentalité de croissance

Tags

, , , ,

mentalite-de-croissance

 

Souvent lorsqu’on parle de mentalité de croissance, on fait allusion que c’est un élément essentiel à développer chez nos élèves. Mais un article récemment publié par Will Richardson m’apporte à réfléchir sur ce point, en particulier le passage suivant:

« Correct me if I’m wrong, but doesn’t like just about every five year old have a “growth mindset?” I mean, depending on parents and other circumstances, I’m sure even kids that age can see themselves as limited. But most of the tail-waggers I’ve seen in kindergarten feel like they can conquer just about anything. They’ve already got a “growth mindset.” »

Étant une direction d’école au palier élémentaire (et père de deux enfants), j’ai souvent eu le plaisir de passer du temps de qualité avec mes élèves, et je peux constater que oui, dans l’esprit inconditionnel des enfants (surtout les plus jeunes), il n’y a pas de limites.

En pensant aux parcours de mes élèves et même de mes propres enfants, il est vrai qu’à un jeune âge, ils démontraient déjà des traits d’une mentalité de croissance. Et qu’est-ce qui en est de cette belle façon de voir le monde 4, 5, 6 ans plus tard? Est-ce que leurs yeux sont encore aussi pétillants devant une nouveauté, une exploration, ou même un défi? Est-ce que M. Richardson a raison en disant que les enfants se font «programmer», en grande partie par le système scolaire, au détriment de leur mentalité de croissance?

C’est une question qu’on devrait aborder à l’école, qui incite une réflexion intrinsèque: est-ce le cas pour nos élèves? Quels impacts ont nos comportements quotidiens sur eux? Que fait-on pour développer une culture d’apprentissage dans laquelle leur mentalité de croissance peut fleurir, de faire pétiller leurs yeux le plus souvent possible?

Je trouve cette vidéo  représentative d’une mentalité fixe: deux personnes échouées sur un escalier mécanique qui, pour plusieurs raisons, sont incapables de s’en sortir. Remarquez que dans cette situation, il y a des facteurs autres que l’intelligence rationnelle qui jouent un rôle d’influence: attitude, vision, confiance en soi, intelligence émotionnelle, et j’en passe. Souvent, la nature humaine nous pointe vers une mentalité fixe.

Avoir une mentalité de croissance…être Jedi

J’aime faire l’analogie suivante:

Avoir une mentalité de croissance, c’est être Jedi pour nos élèves, nos collègues, notre communauté scolaire, et nous-mêmes.

Dans la série bien connue des films Star Wars, un Jedi est un être qui a une maîtrise exceptionnelle de soi-même, qui est très conscient de son environnement, et est apte à maîtriser la Force. Les Jedi sont aussi liés les uns aux autres par cette même Force. Ils cherchent le bien dans les autres, le positif dans toutes situations. Ils sont apprenants à vie. Comme eux, nous avons besoin l’un et l’autre pour nous appuyer, pour nous épauler, pour célébrer et pour grandir. Nous devons voir le positif et devenir apprenants à vie.

Dans le train rapide de nos vies, il est important de s’arrêter de temps à autre et de réfléchir. Pensez à un moment où vous avez fait preuve d’une mentalité de croissance.

  • Qu’est-ce qui a déclenché cette mentalité en vous?  
  • Comment vous êtes-vous senti.e?
  • Quel a été le résultat?

jedi                                                      (photo partagée sur Twitter par

Pour maintenir une mentalité de croissance, on doit:

  • Pouvoir être ouvert et flexible
  • Pouvoir reconnaître quand il faut apporter un changement et l’accepter, reconnaître ses déclencheurs
  • Pouvoir passer à l’action et effectuer un changement
  • Pouvoir faire ce qui n’a pas encore été fait

Je vous partage cette vidéo d’une scène renommée dans lequel le maître Jedi Yoda guide son apprenti Luc Skywalker à adopter une mentalité de croissance. Visionnez-la avec vos élèves afin d’inciter une conversation avec eux.

Voici cinq principes clés pour développer et maintenir une mentalité de croissance:
mentalite-de-croissance

 

Lorsqu’on adopte une mentalité de croissance, on développe notre boîte à outils, boîte dans laquelle se retrouve notre résilience. Et c’est grâce à cette résilience que nous arrivons à surmonter les défis, à débarquer de l’escalier mécanique.

 

Pourquoi un blogue professionnel ?

Tags

, , , , ,

WordItOut-word-cloud-blogue

Vendredi dernier j’ai eu l’occasion de partager et d’échanger à distance avec les participantes et participants lors d’un atelier portant sur le blogue professionnel offert à l’Institut de technologie à l’appui de l’apprentissage et du leadership 2016 à Toronto. J’aimerais remercier les animateurs de l’atelier, M. Marius Bourgeoys (@bourmu) et Mme France Goulard (), de m’avoir invité à partager mes connaissances et mes stratégies.

L’idée du blogue n’est pas nouvelle. Plusieurs ont écrit à ce sujet: George Couros (@gcouros),  Eric Sheninger (@E_Sheninger), Jacques Cool (@zecool) et j’en passe. Chose certaine, tous sont d’accords que le « savoir publier » (merci Jacques !) est une compétence essentielle dans notre boîte à outils de croissance professionnelle.

Voici donc l’essentiel de mon partage :

  • Lorsque je rédige un billet de blogue, je précise ma pensée, et ceci m’aide à apprendre, à approfondir mes réflexions. Il y a tellement d’information dans les médias sociaux en éducation, ça me pend un endroit pour consolider mes idées. J’utilise la plateforme WordPress, ainsi que son application pour appareils mobiles.  Avec l’application, je peux rapidement ajouter une idée (ébauche d’un billet) que j’aimerais développer et même publier plus tard.
  • Lorsque je rédige un billet de blogue, je développe mes habiletés de communication, autant au niveau de l’écriture qu’au niveau de la communication orale. Comme leader c’est très important que je communique d’une façon claire, précise et concise. Comme l’a si bien dit Simon Sinek (@simonsinek), la pratique nous permet d’être plus à l’aise, plus confiants et confiantes. C’est notre croissance personnelle et professionnelle.

 

« Lorsque j’écris un billet de blogue, je précise ma pensée, et ceci m’aide à apprendre, à approfondir mes réflexions. »

 

  • Rédiger et publier un billet de blogue me permet de valider mes réflexions via mon réseau d’apprentissage professionnel (RAP). Les commentaires laissés par les lecteurs sont souvent très profitables. George Couros (@gcouros) dit qu’avant de faire une présentation (keynote, atelier), il blogue toujours au sujet du contenu de sa présentation afin de prendre le pouls de ses lecteurs.
  • Rédiger et publier des billets de blogue me rend plus à l’aise à prendre des risques. Ça me permet de contribuer à mon tour, et développe ma mentalité de croissance

 

Nous sommes appelés à être des leaders branchés, à puiser de l’intelligence collective des médias sociaux. Les collègues, les experts et les ressources sont tous à portée de main (virtuelle du moins). Pourquoi ne voudrait-on pas donner le meilleur de nous, pour nos élèves, nos collègues, et nous-mêmes ? Être un leader branché, c’est l’évolution de notre profession. Soyons modèles dans nos actions et nos attitudes.

Et maintenant, quelle est ta prochaine étape ?

Personalized Professional Development

10 things teachers want from prof. learning

There is much talk of personalized professional development in education on social media. A lot.

Each year school boards and the Ministry of Education offer professional development opportunities to their teachers (and sometimes school principals). This concept is not new. So how do we explain the exponential growth of interest in PD ? It’s simple: because we have always done it ….. the same way. And for a long time now the majority of staff have been saying that this PD is ineffective. (eg see this study by The Center For Public Education) What are the reasons ?

SUSTAINED SUPPORT

In my experience the biggest reason is the lack of an implementation plan for sustained support following the provision of PD. According to a study by Joyce and Showers in 2002 (yes, 2002!), a teacher masters a new skill after 20 instances in which she or he has practiced it, and that this number may increase depending on the complexity of the skill (see this article). It is clear that when we are planing PD (in all its forms), we need to include a practical component in which participants can immediately implement a tool or strategy in their daily practice. In addition, learners would benefit from having an implementation plan and a sustained support plan in order to encourage maximum transformation of practice during the weeks and months following PD.

PREVIOUS KNOWLEDGE AND INTERESTS

Unfortunately, learners are not often consulted during the planning stage of PD. What do they already know? What are their interests in relation to the theme? Asking participants to complete a simple survey can be very useful and allows the planning of professional development that is much more personalized to their needs.

“In addition, learners would benefit from having an implementation plan and a sustained support plan in order to encourage maximum transformation of practice.”

ACTIVE PARTICIPATION

Why would we not want to actively involve learners? During PD, we need to provide opportunities for discussion and reflection, and in differentiated forms. You have to give them a voice. Eric Sheninger (@E_Sheninger) wrote an excellent article in which he lists many tools that can be used to get the conversations flowing.

Here are a few ideas on how you can shake up PD in your school or district:

 

 

It is high time we transform the way we plan and deliver PD.

Here is a great visual shared on Twitter by Kartrina Keene (@teachintechgal) that I would like to share with you – The Professional Development Conundrum. It offers great advice and insight!

PD conundumsI

ISTE2016 – Après la 3e journée

10543-ISTE-2016-Blog-Image

 

Et voila que se termine la 3e journée à la conférence ISTE2016. Personnellement, ce fût une journée qui sera gravée dans ma mémoire pour toujours. Voici donc mon petit compte-rendu.

Conférence d’ouverture : Ruha Benjamin

Mme Ruha Benjamin nous a parlé de la relation qui existe entre l’innovation, l’équité, les sciences, la citoyenneté, ainsi que les domaines de santé et justice. En autres mots, sont discours était réfléchi avec de puissants messages clés. Je retiens en particulier une question qu’elle nous a posé et qui a fait réfléchir :

Pourquoi pouvons-nous imaginer cultiver des cellules de coeur dans un laboratoire, mais pas cultiver l’empathie envers les autres à tous les jours ?

Afin de vraiment apprécier la passion et les propos de Ruha, je vous invite à visionner son TED Talk.

Et voilà un thème qui revient assez souvent durant cette conférence : l’importance de la relation humaine.

J’ai rencontré en personne deux de mes idoles !

Je ne savais même pas qu’ils étaient présents à ISTE2016 : R2-D2 (oui, le vrai) et Levar Burton.

 

Star Wars, Reading Rainbow et Star Trek : The Next Generation sont des franchises que je connais depuis mon enfance. Pour moi, elles représentent l’innovation, la créativité, l’exploration, et l’imagination. Lorsque j’étais petit garçon, souvent, comme plusieurs autres, je levais les yeux vers le ciel et je me posais la question : est-ce qu’il y a autres formes de vie dans l’univers ? Comment puis-je contribuer à rendre notre monde encore meilleur ? Cette dernière question me motive encore aujourd’hui dans ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Merci R2-D2 et Levar, vous m’inspirez !

Atelier sur le codage à l’élémentaire

Ressources : http://teachingjake.com

Dans cet atelier nous avons exploré les applications ScratchJr et Blockly. Nous avons programmé un robot nommé « Dash » : rotation 90 degrés, 45 degrés, avance, recule, manipulation de la vitesse, etc. Finalement, grâce à un beau travail d’équipe avec des collègues américains, nous avons réussi à programmé Dash à complété un parcours. Et là c’était des « high fives »

Dash

 

Réseautage extraordinaire

J’ai eu le privilège de rencontrer Vicky Davis, aussi connu dans le monde de Twitter sous le nom de Cool Cat Teacher (@coolcatteacher). Vicky anime une émission sous forme de podcasts et discute de différents thèmes en éducation. Ces podcasts sont une source riche de développement professionnel. Vicky a présenté l’atelier Blended Learning Classrooms: Pedagogies, Skills and Tools For Teaching. Voici sa présentation.

vicky davis

De plus, j’ai croisé Marie-Andrée Ouimet (pas pire se voir avec plus de 12 000 participant.es !), et j’ai eu l’occasion de rencontrer en personne Normand Brodeur, Sandra Laine, ainsi que Claude Frenette – tous des gens dans mon RAP. J’ai beaucoup apprécié nos échanges, et j’ai hâte de collaborer avec vous !

normand et marie-andré

Atelier avec Dr. Alec Couros

L’atelier du Dr. Couros (oui, le frère de George Couros) portait surtout sur la citoyenneté numérique. Il croit que les élèves devraient débuter, dès la maternelle, un portfolio numérique. De plus, il nous conseille d’en apprendre davantage sur la littératie de l’identité. Il faut savoir comment se protéger (et réagir) du vol d’identité. Il nous a présenté des outils fort intéressants.

Citation préférée : « Les actions parlent plus fort que le bouton J’aime. »

alec couros

 

La journée s’est terminée avec une excellente session Ignite, ainsi qu’une tempête de grêle et des inondations. Sérieusement !

grêle

 

Suite à la conférence ISTE2016, j’apporte avec moi des ressources, des nouvelles connaissances, un RAP élargi, et de très bons souvenirs. Et c’est avec ça que je pourrai aller de l’avant et faire ma part à rendre notre monde encore meilleur.

 

ISTE2016 – Après la deuxième journée

Tags

iste2016b

 

Une journée extraordinaire à vivre des expériences inoubliables, enrichissantes et motivantes. Voici ce que je retiens.

Présentation d’Angela Maiers

Une personne inspirante et dévouée, c’était la première fois que je témoignais une présentation d’Angela Maiers. Elle a tout un impact sur les gens qu’elle rencontre ! J’ai eu le plaisir d’échanger avec elle par rapport à l’importance de l’accompagnement des directions d’écoles. WOW !

File_000

Joël McLean avec Angela Maiers à ISTE2016

  • Chaque personne a quelque chose d’unique à partager avec nous. Sans leur contribution, nous ne pouvons pas être complets ;
  • Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir qu’ont les élèves de changer le monde ;
  • Donner une voix aux élèves, c’est reconnaître et confirmer le rôle qu’ils ont à jouer. C’est valorisant. Ça pourrait même changer leur vie.

Sessions (« Poster Sessions ») animées par des élèves

Comment développer les compétences des élèves ? Présenter lors d’une conférence majeure en technologie et éducation avec plus de 12 000 participants ! #OuiMonsieur ! C’est un modèle à reproduire. Invitons nos écoles à nous inspirer lors des conférences !

 

Modèle EdCamp pour du développement professionnel

J’ai beaucoup apprécié cet atelier. L’animatrice nous a fait vivre un EdCamp sur place ! J’ai tenu des échanges pédagogiques enrichissantes et engageantes avec des collègues Américains, ainsi qu’une gentille dame de la ville de Montréal ! Je recommande fortement ce modèle de développement professionnel différencié.

 

Présentation de George Couros

Que dire de George Couros ? Il est sans aucun doute un modèle du « Storytelling ». Pendant ses présentations, il te fera rire, pleurer, te questionner, rire encore, ensuite il te guidera vers tes prochaines étapes. Je suis très heureux et reconnaissant de l’avoir dans mon RAP.

File_001

Joël McLean avec George Couros à ISTE2016

George nous a parlé de l’importance de guider nos élèves à devenir non seulement de bons citoyens numériques, mais aussi d’excellents leaders numériques. De plus, il nous pose des questions qui font réfléchir:

  • Comment sommes-nous perçus en ligne par les autres ?
  • Est-ce qu’on planifie la pédagogie pour l’école de demain, ou l’école d’hier ?
  • Adoptons-nous une mentalité de croissance ?

 

Comment prévois-tu différencier ton développement professionnel ? Comment prévois-tu transformer ta pédagogie et l’expérience d’apprentissage des élèves ?

A Tale of Two Classrooms — Katie Martin

If you have been in any conversation lately around educational technology and the future of education, you have likely heard or uttered some version of the phrase, “It’s not about technology, it’s about teaching and learning.” Yet in so many classrooms, we are still adding technology to an outdated model of education without addressing better […]

via A Tale of Two Classrooms — Katie Martin